L’ATS : tout pour gagner du temps sur le processus de recrutement

Folksy
30 novembre 2018
Article

ATS, vous avez dit « ATS » ? Derrière ces trois lettres, qui signifient tout simplement « Applicant Tracking System », se cache une foule d’opportunités dans le cadre d’une politique de recrutement optimale. C’est un fait acquis, la technologie est devenue le médium et la voie privilégiés des gestionnaires comme des candidats. Qui sait même si, plus qu’un « contenant », la solution logicielle de l’ATS n’est pas un contenu en soi ! Chose certaine, quels que soient la plateforme, l’interface et le budget de déploiement (et de fonctionnement) envisagés, le choix d’un ATS requiert, pour une entreprise et en particulier pour ses équipes de GRH, une mûre réflexion couplée à une analyse des besoins à court… et à long terme.

 

Commençons par le commencement : l’ATS est une solution de gestion du processus de recrutement de A… à Z. Ce qui signifie qu’il permet de diffuser par voie multiple des offres d’emploi et de gérer, de suivre et d’analyser (grâce par exemple à un module de statistiques) toutes les candidatures reçues. Précisons ensuite que la solution de l’ATS peut prendre deux formes : soit un logiciel installé sur un poste, soit une base de données à distance — ce qu’on appelle « Saas » ou « Logiciel en tant que Service », modèle de distribution infonuagique.

 

Tout dépend des ressources dont dispose l’entreprise, ainsi que de sa vision technologique de la gestion des recrutements. Dans tous les cas, l’ATS se veut plus qu’un simple outil. C’est, de prime abord, une solution collaborative, pour ne pas dire participative, ultramoderne, puisqu’elle permet aux recruteurs de « partager » les profils qui les intéressent à un instant T. Par ailleurs, l’ATS constitue désormais l’atout logiciel indispensable pour gérer les dizaines — sinon les centaines — de CV que reçoit un recruteur chaque jour. Et s’il facilite évidemment la publication des offres d’emploi, le système offre au gestionnaire de créer, avec les meilleurs ajustements possible, des viviers de candidats qu’il peut alors trier, commenter, annoter et surtout superviser avant même d’en avoir besoin.

 

En un mot : l’ATS favorise l’anticipation. Quoi de plus efficace, de plus productif et donc de plus profitable, que de gérer, aujourd’hui en toute facilité et avec sérénité, des recrutements que l’on pourrait avoir à effectuer demain dans l’urgence et la précipitation ?

Des candidats et des chiffres


Une étude relayée en 2017 par le site Jobs.ca précisait qu’aux États-Unis, « 95 % des grandes entreprises et 50 % des PME recourent aux logiciels automatisés d’aide au recrutement, afin de leur prêter main-forte pour la première étape de sélection » 1. On ne va pas se le cacher : l’ère numérique a contraint entreprises et candidats à revoir en profondeur leur manière d’offrir un poste ou des compétences. Et avec la démultiplication des outils de publication (tablettes et téléphones intelligents, par exemple), aussi bien pour recruter que pour postuler, le fait de démarcher, chercher et trouver du travail représente… un mandat en soi. L’intelligence de recrutement (et de candidature) s’est diversifiée et pour ainsi dire ajustée aux exigences du monde numérique.

 

L’ATS incarne bien cette étape de l’évolution du marché de l’emploi et de la GRH au sein des entreprises, quelle que puisse être, d’ailleurs, la taille de celles-ci. Choisi avec soin, développé, installé et opéré par des experts qui comprennent les besoins de l’entreprise, un ATS est un réel vecteur de performance (entre autres par la centralisation, l’analyse et le suivi), et d’optimisation des processus de recrutement. En clair : une source sûre de gain de productivité et d’économie de temps et de ressources. Un article paru sur le site DigitalRecruiters.com rappelait récemment que « plus de 46 % des recruteurs ayant reçu au moins 200 candidatures » trouvaient « difficile de trier ce volume » et de « repérer le bon profil » dans cette masse de CV2. Il est certain que la tendance ne va pas aller dans le sens d’une réduction de cette masse critique. La fameuse « feuille Excel » ne suffit plus ! Et si pour une société l’objectif est bel et bien de croître, la nécessité d’un ATS ne s’en fait évidemment que plus ressentir.

 

Grâce au logiciel, le gestionnaire peut en effet effectuer des analyses prédictives ainsi que des statistiques sur les qualités et compétences d’un candidat potentiel. D’autant que l’ATS conserve le fil de la gestion des candidatures, même après plusieurs années. Une traçabilité irréprochable.

Activités et réactivité


En plus de favoriser la communication avec les candidats (et ce, dès la publication des offres sur des supports diversifiés tels que les réseaux sociaux, les sites d’emploi, etc.), l’ATS fait coïncider les profils avec les descriptions de postes offerts. C’est, pour le dire autrement, le meilleur entremetteur qui soit pour des mariages heureux entre candidats et entreprises !

Autre atout, et non des moindres : il se connecte au SIRH, ce qui évite de devoir effectuer de la saisie en double… Lorsqu’on parle d’ATS, on parle en somme de compétitivité accrue et, par là même, d’amélioration de l’image de l’entreprise — et donc, de sa « marque employeur » susceptible d’attirer les talents. Aussi bien réactif que proactif, le logiciel contribue à parfaire l’expérience candidat et l’approche collaborative du recrutement.

Il reste néanmoins à se poser les bonnes questions pour choisir l’ATS adapté : quel système le plus abordable — ou, à tout le moins, ajusté au budget de l’entreprise — saura démontrer la meilleure efficacité ? Et quel type d’interface envisager ? S’il faut que celle-ci soit des plus conviviales, il sera nécessaire que tous les membres de l’équipe, actuels et futurs, puissent s’y connecter et l’utiliser en toute facilité. Autres interrogations cruciales : veut-on rassembler, récupérer et rejoindre les profils qualifiés grâce à la solution ? Et faut-il un service client disponible en cas de problèmes de fonctionnement ? Une « escouade » d’experts en progiciels RH sera à même, d’une part, de bien comprendre vos besoins (et donc de les interpréter sur le plan technologique !), d’autre part, de conseiller et d’orienter l’entreprise.

 

Et vous, quels sont vos besoins en matière de gestion et de suivi du recrutement ? Pour comprendre quel ATS correspondrait le mieux à votre entreprise, n’hésitez pas à contacter notre équipe.


Amélie Van De Wynckele, « Quand les robots et ATS sélectionnent les CV », Jobs.ca, [en ligne] https://www.emplois.ca/quand-les-robots-selectionnent-les-cv/

« Quel ATS choisir pour réussir vos recrutements ? », DigitalRecruiters.com, [en ligne] https://www.digitalrecruiters.com/blog/conseils-recrutement/ats-choisir-reussir-vos-recrutements.html

Sources informatives :
https://www.linkhumans.fr/choisir-ats-faire-recrutement/
https://www.robopost.com/comment-choisir-son-ats-recrutement/
https://www.globalhrtalents.com/single-post/2017/01/09/Les-logiciels-ATS-vont-bousculer-les-codes-du-recrutement-en-2017-
https://www.emploitic.com/actualite-et-conseils/management-rh/690-comment-bien-choisir-son-logiciel-de-recrutement-ats

Partager

articles similaires

Article
4 idées pour célébrer Noël à distance avec vos employés
Lire la suite
Article
La flexibilité organisationnelle : plus indispensable que jamais en 2020
Lire la suite
Article
5 éléments clés pour s’assurer d’une réouverture sécuritaire
Lire la suite
Étude de cas
Une gestion des RH simplifiée grâce à Folks
Lire la suite